Reconversion utilise des cookies sur ce site internet afin de vous apporter la meilleure expérience de navigation possible. En continuant de naviguer ou d’utiliser notre site sans avoir accepté les cookies ou en ayant refusé ceux-ci, seuls les cookies indispensables à la navigation sur notre site web sont utilisés. Vous pouvez également décider d’accepter tous les cookies ou personnaliser leur utilisation. Vous pouvez changer vos préférences à tout moment via l’icône cookie en bas à droite de notre site web.
Accepter
Configurer
Refuser
cookie
Configurez les cookies

(FR) Les cookies fonctionnels sont essentiels pour le fonctionnement du site internet et ne peuvent être désactivés. Pour améliorer votre expérience, d'autres cookies sont utilisés. Vous pouvez choisir de les désactiver. Ils restent modifiables à tout moment via cette fenêtre.

Cookies fonctionnels
Cookies d'analyse et de marketing
Sauvegarder

GSK : une cellule dans le Brabant wallon

COLLEC
TIVES

Le 5 février 2020, l’entreprise GSK annonçait une restructuration impliquant le licenciement collectif de 720 personnes sous CDI ainsi que le non-renouvellement de contrats temporaires parmi le personnel ouvrier. Un peu moins d'un an plus tard, une cellule de reconversion spécifique vient d'être mise sur pied.

Le 5 février 2020, l’entreprise GSK annonçait une restructuration impliquant le licenciement collectif de 720 personnes sous CDI ainsi que le non-renouvellement de contrats temporaires parmi le personnel ouvrier. Un peu moins d'un an plus tard, une cellule de reconversion spécifique vient d'être mise sur pied.

Le 5 février 2020, l’entreprise GlaxoSmithKline Biologicals, plus connue sous le nom de GSK, a annoncé une restructuration impliquant le licenciement collectif de 720 travailleurs et travailleuses sous CDI ainsi que le non-renouvellement de contrats temporaires parmi le personnel ouvrier.

A suite des négociations sociales, et une fois déduits les départs volontaires, le licenciement collectif concerne encore 386 cadres, employés et employées en CDI ainsi qu’environ 200 membres du personnel ouvrier dont les CDD ne seraient pas renouvelés.

Cette restructuration ne s’inscrit pas dans le cadre d’un licenciement collectif, ce qui implique que la législation « cellule pour l’emploi » ne s’applique pas de manière obligatoire.

Dans le cadre du plan social, le Setca a néanmoins obtenu ue les travailleuses et travailleurs puissent bénéficier du même traitement que celui d’un licenciement collectif. Ils pourront donc bénéficier du soutien et de l’accompagnement des cellules de reconversion. Un encadrement mixte a cependant dû être adapté.

Les organisations syndicales, parmi lesquelles le SETCA (largement majoritaire chez GSK), ont retenu les programmes de reclassement suivants :

- personnel cadre supérieur : le programme de reclassement sera articulé entre les Cellules de reconversion et l’offre de service de la société LHH  

- personnel cadre et employé : le programme de reclassement sera articulé entre les Cellules de reconversion et l’offre de service de la société CITEA

- personnel ouvrier : le programme de reclassement de la Cellule de reconversion.

Le Setca a également obtenu qu’un budget d’entreprise soit dédié aux formations à destination des travailleuses et travailleurs licenciés.

La cellule a été mise en place le 1er janvier et est prévue pour une période minimale d’un an minimum. Une plateforme spécifique est située à Wavre, elle prendra en charge l’ensemble des personnes victimes de cette restructuration. Plusieurs accompagnatrices et accompagnateurs sociaux ont été désignés par les organisations syndicales pour assurer l’encadrement des personnes licenciées.